[PCW 2021] Donner l’impulsion aux sujets technologiques qui seront au cœur de la PFUE

Paris Cyber Week 2021

La 3e édition de la Paris Cyber Week qui s’est tenue cette semaine à la Maison de la Chimie, a rassemblé plus de 300 décideurs du monde politique, scientifique et économique.

Paris, le 9 Juin 2021 – Premier événement physique de l’année de la filière, la Paris Cyber Week 2021 souligne la dimension européenne et politique prise par l’événement. Une Paris Cyber Week notamment marquée par l’intervention de la ministre des Armées, Florence Parly, et les enjeux du volet numérique à mettre sur la feuille de route de la France lors de la prochaine Présidence française à l’Union européenne au 1er semestre 2022. “C’est un signal très fort de voir autant de nationalités rassemblées pendant deux jours pour discuter des enjeux cruciaux du cyber et plus largement du numérique” a déclaré Florence Parly, ministre des Armées.

Cybersécurité et souveraineté numérique ont composé l’essentiel des débats

La lutte contre la désinformation et les fake-news, l’impact environnemental du numérique, la sécurité et la protection des systèmes, le manque de compétences… autant d’enjeux de cybersécurité et de souveraineté sur lesquels tous les participants s’accordent à dire que celle-ci doit être sans frontières et s’inscrire dans un cadre européen, avec un fil rouge : la donnée. « Cette asymétrie démontre qu’il reste important de maintenir le dialogue entre les États membres, notamment à Paris. L’Union européenne doit construire sa propre voie et sa souveraineté dans le cyberespace » a déclaré Andres Sutt, ministre des Technologies de l’information et de l’Entrepreneuriat de la République d’Estonie, présent à la Paris Cyber Week alors que le ministre lituanien à la cyberdéfense, Margiris Abukevicius, considère quant à lui que « l’Union européenne n’a pas d’autres choix que de travailler très étroitement avec les États-Unis dans le champ technologique »

Cyber : vers plus de partage

Un Campus Cyber le plus accessible possible et qui rassemble la recherche, les start-up, les industriels et le monde institutionnel pour moins subir ; construire une réponse globale de politique internationale pour lutter contre la désinformation ; partager l’information sur la menace cyber et réaliser des exercices de crise au niveau européen ; le besoin de compétences pour des métiers très divers… l’ouverture et le partage étaient sur toutes les lèvres lors de cette 3ème édition de la Paris Cyber Week.

La filière cyber : vers plus de vocations

Outre la volonté de démontrer la force et l’expertise de la France en cybersécurité, le Campus Cyber ambitionne de former de nouveaux talents capables de générer des vocations” a déclaré Michel Van Den Berghe, président du Campus Cyber, lors d’un point d’étape avant l’ouverture du projet initié par le Président de la République à l’automne prochain. Et c’est bien là qu’il faut agir selon lui. Changer l’image de la cybersécurité souvent représentée par des “geeks à capuches” et créer des vocations pour pallier la pénurie de talents dans la filière. Un constat partagé par la ministre des Armées, avec notamment un plan de recrutement de sorte à̀ disposer d’une armée de 4000 cyber combattants d’ici 2025 au sein du ministère. Florence Parly a rappelé la nécessité de faire connaître la diversité des métiers et des possibilités dans le domaine de la cyberdéfense. “Venez tels que vous êtes” a déclaré la ministre. Un message en particulier destiné aux femmes appelées à saisir les opportunités liées au numérique. Florence Parly a d’ailleurs annoncé la signature prochaine d’un partenariat entre Combattantes@Numérique, qui promeut la place des femmes dans les filières du numérique et Women4Cyber, qui fédère les femmes présentes dans le secteur du numérique à l’échelle européenne.

PFUE : de grandes ambitions pour la France sur le volet cyber

Dans un contexte cyber difficile, pour lequel Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a lui-même parlé de “brutalisation numérique”, avec des attaques qui mettent en péril les intérêts de l’UE et surtout de nos valeurs, la France compte bien promouvoir une souveraineté européenne, sans parler de protectionnisme ni de repli sur soi, avec la volonté que l’Union européenne puisse avoir les moyens de décider par elle-même et pour elle-même. “Une souveraineté numérique sur le plan cyber incarnée par trois mots clés : solidarité, résilience et action extérieure” a rappelé Romain Rideau, adjoint au sous-directeur des affaires stratégiques et de la cybersécurité au Ministère des Affaires étrangères.

 

Sébastien Garnault, Président fondateur de la Paris Cyber Week conclu : “L’un des enjeux de cette édition de la Paris Cyber Week aura été de clarifier auprès de nos partenaires européens les priorités de la politique française en matière de cybersécurité et souveraineté numérique pour mettre en place les bases d’une voie européenne que nous porterons lors de la Présidence française de l’Union Européenne qui débute le 1er janvier 2022”.

 

La prochaine édition de la Paris Cyber Week se tiendra les 8, 9 et 10 juin 2022.

Poursuivez votre lecture avec nos différents articles sur les sujets du moment en cybersécurité.

Partager cet article

Nos billets d’humeur les plus lus

A l’ère du deepfake politique, nos démocraties sont-elles en danger ?

Utilisée par les candidats pour mener leur campagne, ou pour déstabiliser un adversaire,…

Comment réinventer la cybersécurité à l’ère de l’IA ?

Jeux Olympiques, élections... 2024 : une actualité favorable à l'accélération de l’IA.……

Cyber security copywriter : Comment réussir son copywriting en cybersécurité ?

Cyber security copywriter : Comment réussir son copywriting en cybersécurité ?

Sur le marché, de multiples éditeurs et intégrateurs se livrent une véritable bataille…