74 % des RSSI se disent prêts à payer le prix fort pour travailler avec des fournisseurs qu’ils considèrent comme des influenceurs

L’étude Code Red révèle l’importance de l’influence dans les décisions d’achat en matière de cybersécurité.

Paris, le 2 septembre 2021 – Le réseau mondial de relations publics spécialisé dans la cybersécurité, Code Red, publie une étude internationale sur la valeur de l’influence, qui révèle que 74 % des responsables de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) seraient prêts à payer le prix fort pour travailler avec des offreurs de solutions et de services de cybersécurité qu’ils considèrent comme des influenceurs.

Les résultats expliquent que l’influence joue un rôle fondamental dans les choix des RSSI : 97 % d’entre eux utilisent le contenu de l’influenceur à différents stades du processus de décision d’achat et 43 % lorsqu’ils prennent la décision finale de choisir un fournisseur de cybersécurité (30 % pour les Français).

L’influence est primordiale même après la conclusion d’un accord, 35 % des RSSI élargissent leur collaboration avec un fournisseur existant grâce à l’influence.

La confiance est essentielle dans la manière dont les RSSI accèdent au contenu d’influence et prennent leurs décisions. Les trois principaux moyens d’obtenir du contenu de confiance qui ont été clairement définis sont les suivants : recherche indépendante à l’aide de mots-clés, examen du contenu par des réseaux de confiance (amis, famille et collègues) et lecture d’articles via des médias spécialisés reconnus.

Les méthodes présumées d’approvisionnement en contenu, telles que la publicité payante et les emailings, sont moins bien classées, tandis que la façon dont les RSSI consomment le contenu d’influence évolue face à la COVID-19 : 43 % d’entre eux préférant les contenus vidéos.

En France, les sujets d’influence les plus populaires en matière de cybersécurité ont été les ransomwares/malwares (26 %), suivis par la sécurité des réseaux (21 %) et les logiciels et services de cybersécurité (21 %).

Parmi les autres conclusions clés de l’étude mondiale Code Red 2021

– Les trois principales sources de contenu d’influence pour les professionnels cyber sont les articles dans les médias spécialisés IT et cybersécurité (54 %), la recherche directe par mots-clés en ligne (46 %) et le contenu partagé par les « amis » et les réseaux sur les médias sociaux (31 %).

– 83 % des professionnels de la cybersécurité français pensent que les contenus d’influence permettent aux petites entreprises d’attirer l’attention.

– 55 % des professionnels de la cybersécurité consacrent 1 à 3 heures par semaine à la lecture de contenu d’influence.

– La vidéo (43 %) et les webinaires (38 %) sont les formats favorisés pour le contenu d’influence, mais les articles de la presse spécialisée restent en tête (60 %). Toutefois, en France, les quotidiens nationaux font partie des médias préférés par les professionnels de la cybersécurité (pour 43 % d’entre eux, contre 33 % au niveau international).

– Les professionnels cyber français accordent plus de crédibilité aux contenus d’influence lorsqu’ils apportent des détails précis sur le sujet qui les intéresse (38%), que par son expérience l’auteur produisant ce contenu a une réelle légitimité à s’exprimer sur le sujet traité (35%) et que l’entreprise citée est reconnue dans le domaine (36 %). A l’international, l’étude montre que d’une manière générale, les lecteurs attendent de réelles preuves pour appuyer les propos tenus (42%).

 

Code Red a réalisé l’étude auprès de 819 décideurs en matière de sécurité informatique dans des entreprises de 10 pays, dont la France.

Partager cet article

Les articles cyber les plus lus

Espionnage / sabotage : quand vos fournisseurs se retournent contre vous

Les attaques par ransomware ne doivent pas faire oublier pour autant celles, beaucoup…

Risque cyber : tout le monde est concerné

Mettre la pression pour que la victime paye une rançon en cryptomonnaie afin de recouvrer…

Télétravail et sécurité du Cloud : quelles leçons tirer après la crise sanitaire ?

Le télétravail massif est désormais bien enraciné dans les pratiques, et il se développe…